Série

Girlboss, une entrepreneuse pas comme les autres

17 septembre 2017 — 0

main

Série

Girlboss, une entrepreneuse pas comme les autres

17 septembre 2017 — 0

Si comme moi vous aimez les meufs badass, avec Girlboss vous serez servi.e.s !

J’ai terminé la saison 1 de Girlboss il y a maintenant plusieurs mois. J’avais commencé à écrire cet article, et puis il y a eu les vacances, et cette terrible nouvelle : après seulement une saison, la série a été annulée par Netflix. Alors plutôt que de vous en parler, comme d’habitude sans spoiler, je vais plutôt faire un point global sur les 13 épisodes.

Girlboss, une histoire vraie

Connaissez-vous Nasty Gal ? C’est un site américain de vente de vêtements en ligne, principalement pour les jeunes femmes. Et #Girlboss est à l’origine le roman écrit par Sophia Amoruso, la fondatrice du site.

girlboss-cover-sophia-amoruso

Lorsque la série commence, Sophia est une jeune femme qui enchaîne les petits boulots précaires. Elle ne supporte pas l’autorité et cherche encore sa voie. Au début du premier épisode, elle achète une veste dans un magasin vintage (sa passion) pour une poignée de dollars, la retape et la revend pour $600 sur eBay. Elle décide alors de lancer sa propre boutique (toujours sur eBay) sur ce modèle : acheter d’anciennes pièces, les remettre au goût du jour tout en gardant la touche vintage, et les revendre avec une marge.

girlboss-jacket-sophia

Une entrepreneuse qui ne lâche rien

Étonnamment (non) ( 🙁 ), l’entourage de Sophia aura du mal à croire qu’une jeune femme puisse lancer ainsi son propre business. Outre son défaut d’être assez peu fiable (ou disons opportuniste), elle est pleine de caractère et prête à manger le monde. Et elle nous le prouve ! Même si ses débuts ne sont pas faciles, elle apprend à gérer son stock, , travailler avec les tendances, gérer les échecs, satisfaire sa clientèle, ses livraisons, et toutes ces micro-tâches réservées aux micro entrepreneur.se.s !

girlboss-shooting

Tout au long de la série, on voit une vraie évolution dans la manière de travailler de Sophia, et de son rapport au monde du travail. Alors oui, concrètement, on est sur un bon concept de #reveAmericain & #startupNation. Mais bon, pour ne rien vous cacher, j’ai terminé la série avec l’envie de me lancer sur tous mes projets et de m’y plonger à 100%. On peut bien bouffer le monde si on veut, non ?

Une jeune femme égoïste ?

Ce qui frappe au premier abord avec Sophia, c’est sa personnalité. Elle s’affirme sans vraiment y mettre les formes, dit ce qu’elle pense et n’est franchement pas tendre. Dès le premier épisodes, sa relation chaotique avec ses deux parents est évoquée et l’on comprend que justement, les relations, ce n’est probablement pas son point fort. À part sa meilleure amie et son mec, personne ne semble réellement l’apprécier. Pourtant, au fil des épisodes, on réalise qu’elle n’est pas celle qu’elle paraît. Enfin si. Sophia n’est pas « une connasse », ou « une meuf qui s’en fout ». C’est juste une jeune femme qui s’affirme, pas toujours très polie, mais qui rejette une société un peu trop lisse à son goût.

girlboss-bed-sophia

À la fin de la saison 1, Sophia lance enfin sa propre plateforme. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut voir ça comme une fin, et qu’on attend pas nécessairement de suite. La mauvaise, c’est que Netflix a effectivement annulé la série après les 13 premiers épisodes, à mon grand désespoir. Mais je vais probablement lire le livre pour compenser !

Et vous, vous avez vu la série ? Qu’en avez-vous pensé ? Team Sophia ou Team Annie ? Dites-moi tout dans les commentaires !

Fiche technique

girlboss-cover-netflixTitre : Girlboss

Producteurs : Here We Go., Denver and Delilah Productions, Netflix Studios

Diffusion : Netflix

Statut : Série annulée, saison 1 terminée